IMG-20180304-WA0024

HISTORIQUE

Parler des sœurs de saint Joseph de Cluny à Saint louis, c’est remonter à 1819 où Mère Rosalie Javouhey débarquait avec 6 sœurs, le 19 mars.

Elles prennent d’abord leur service à l’hôpital, mais dès 1820, une école de filles est ouverte. L’expérience ne dure que quelques mois.

En 1822, Mère Anne Marie Javouhey, la fondatrice des sœurs de saint Joseph de Cluny, sœur ainée de Mère Rosalie, arrive à son tour à St Louis, avec toujours ce souci de « mettre l’homme debout », en soignant les malades et en éduquant les jeunes.

  • En 1847: ouverture de l’école du nord, dans une maison louée
  • En 1856: ouverture d’un orphelinat à Ndar toute
  • En 1867: ouverture d’une école de filles; Ecole du Nord dans l’ancien bâtiment Faidherbe
  • En 1922: l’installation de l’école rue Duret qui verra d’année en année nombre de transformations, d’aménagements.

 LA COMMUNAUTE

La communauté est toujours à dimension variable. Nous sommes au nombre de cinq avec trois nationalités (indienne, française et sénégalaise). La communauté est composée de Sœur Célestine CHAKKIKALLIL, responsable de la communauté, qui s’occupe du dispensaire à Ndar toute, de la sœur Roselind RAJAKULAM, qui est directrice du préscolaire, de la sœur Marie Albert FOUQUEAU, et des  sœurs Marie Noël FAYE et Rosalie GNING qui sont aux études. Nous participons à la vie paroissiale.  Nous visitons les familles pour partager leurs joies et leurs soucis et suivre quelques jeunes en recherche.

L’ECOLE

Actuellement, l’école primaire accueille 645 élèves, répartis en 12 classes: 2 par niveau, du CI au CM2 et prépare l’entrée en 6ème et le certificat.

Les élèves participent depuis plusieurs années au concours de la dictée PGL où certains se sont honorablement placés, la majorité des enfants sont musulmans. En 2017, Mr Pierre François Alain SARR a pris la direction de l’école primaire en remplacement de la Sœur Honorine Kotsole. Le directeur est aidé dans sa tâche par une directrice adjointe, une secrétaire et 13 enseignants. Notre rôle consiste à inculquer le respect des croyances religieuses, des différentes cultures, à former des citoyens responsables, attentifs à servir leur pays.

JARDIN D’ENFANTS

Jusqu’à 1996, le jardin d’enfants partageait les locaux de la rue Duret avec le primaire. A partir de cette date, le jardin a été transféré à Ndar Toute, dans le bâtiment laissé libre par la promotion féminine. Il compte 5 classes (une petite, deux moyennes et deux grandes sections) et une crèche avec 200 élèves de 2 à 5 ans. La directrice est  aidée par 7 éducatrices. Nous essayons d’accueillir tous ceux qui se présentent dans la limite des places disponibles.

A travers ces enfants, religieuses et enseignants essaient d’avoir un contact avec les parents pour les aider dans leur tâche éducative.

CENTRE DE SOINS ET GOUTTE DE LAIT

Le Centre de soins et la Goutte de lait à Ndar Toute, gérés par la Sœur Célestine Chakkikallil, infirmière, assistée de 5 aides, assurent les consultations, les soins et les pesées journalières. Le centre accueille une cinquantaine de bébés par jour dont plusieurs prématurés, des orphelins, des jumeaux et parfois des triplés. Les mamans ou celles qui les remplacent reçoivent des conseils sur l’hygiène, la surveillance du poids du bébé, l’alimentation, spécialement sur l’utilisation des produits du pays, etc. Sœur Célestine visite les pensionnaires de la Maison d’Arrêt de Saint Louis, généralement une fois par mois, surtout les mamans qui ont leur bébé avec elles. En cas de nécessité, des gardiennes les accompagnent à la Goutte de Lait. La construction du laboratoire à la Goutte de Lait constitue un élément important pour le centre, du moment qu’il permet aux malades de gagner du temps et de moins dépenser pour les besoins d’analyses.

POINTS FORTS ET PROJETS

 La maison abritant le dispensaire, la goutte de lait et le jardin d’enfants est menacée par les changements climatiques. Pour y remédier, nous avons un projet de construction  d’un complexe scolaire abritant une communauté religieuse, un centre de soins, des logements pour les enseignants. Un terrain de 6,5 ha a déjà été acheté dans le département de Rao, mais il faut des fonds pour la réalisation complète de ce projet.

Que  la mission commencée en 1819 continue toujours par la Grâce de DIEU et selon sa Volonté,  malgré  les   nombreuses difficultés.